Qui blâmer?


 Je suis tombée par hasard sur un article de Martine Desjardins publié dans le Journal de Montréal et qui traite de la maitrise du français par les futurs enseignants. Un texte qui résume bien ma pensée. Le problème se situe au niveau de la sélection des candidats et de l’enseignement reçu avant d’arriver à l’université et de la place du français dans la société et surtout dans les médias…
 
De nos jours, les erreurs de français sont fréquentes, tant à l’écrit (les rédacteurs pour l’application mobile de La Presse devraient parfois avoir honte) qu’à l’oral et non seulement aux chaines qui traitent de sports (préjugés!), mais bien souvent à Radio-Canada qui était autrefois citée comme exemple d’utilisation impeccable de la langue. Il n’est pas rare d’entendre des accords de verbe erronés, des inversions de genre quand ce ne sont pas des expressions qui sont mal utilisées ou réinventées (bien souvent proches des Péronismes). Bref, un sujet qui fait réfléchir...

 

Vous pouvez lire l’article ici.

Écrire commentaire

Commentaires : 0