Bienvenue dans MA classe!


« Bienvenue dans ma classe! » Comme j’ai hâte de prononcer ces mots. Je les prononcerai pour accueillir mes élèves, mais aussi leurs parents, lors, entre autres, de la rencontre de parents de début d’année. J’avoue ne pas avoir beaucoup pensé à cette rencontre durant ma formation initiale ou même en stage. J’ai l’impression de m’y connaître. Peut-être est-ce parce que j’ai assisté, comme parent, à près de 20 rencontres de parents au cours des 8 dernières années… Mon regard sur ces rencontres a changé depuis le début du baccalauréat. Avant, je ne faisais qu’écouter les informations données et espérer que mes enfants soient aimés, sans plus. Depuis le début du baccalauréat, j’y assiste avec une double intention, utilisant ces rencontres comme une forme de modélisation. J’ai pu y observer ce qui est pertinent de mentionner (fonctionnement de classe, attentes de l’enseignant) tout comme ce qu’il est inutile (ce qui est évalué au premier bulletin) de mentionner.  Certains enseignants se limitent aux informations qui concernent tous les parents alors que d’autres s’attardent sur des sujets qui ne concernent que deux parents. J’ai pu voir des enseignants préparés, d’autres moins. J’ai observé des enseignants à l’aise et d’autres très peu à l’aise. J’ai toujours pensé que cette rencontre était fort importante, soit le moment de se présenter aux parents, de leur assurer que je suis compétente et les rassurer que je suis là pour leurs enfants et que je les aime. Comme parent, c’est tout ce que je veux savoir.

 

 

 

D’ailleurs, dans leur enquête de 1994, publiée dans la revue canadienne de l’éducation (vol.19, no.3), Lise St-Laurent et Égide Royer ont déterminé que les parents québécois sont satisfaits des informations provenant de l'école, mais souhaitent en savoir plus sur les programmes et le matériel. L’enquête révèle aussi que les enseignants surestiment le degré de satisfaction des parents concernant l'information provenant de l'école et voient moins la nécessité des réunions d'information. Bien que cette étude ne soit pas récente, je pense que les résultats seraient sensiblement les mêmes aujourd’hui. C’est peut-être parce que les enseignants ne voient pas toujours la nécessité des réunions de parents que bien souvent j’ai assisté à des réunions qui ressemblaient plus à un exposé oral qu’un réel moment pour tisser des liens et mettre en place le « plan de match » pour l’année. Parce que c’est ainsi que je vois cette fameuse rencontre de parents de début d’année, un peu comme un contrat verbal entre l’enseignant et les parents. Nous y expliquons l’espace d’action de chacun et les moyens de communication à mettre en place, le tout dans le respect et dans le but d’avoir la plus belle année possible ensemble, les parents, les élèves et nous.

 

Mes enfants sont les êtres les plus importants au monde pour moi et lorsque je les envoie à l’école, je m’attends à ce qu’ils soient presque aussi importants pour leur enseignant. Je vais donner cette importance à mes élèves, car je sais combien ils sont précieux pour leurs parents. Par la rencontre de début d’année, je veux que les parents comprennent qu’il n’y a pas de compétition entre l’école et la maison, entre moi et eux : je gère à l’école, ils gèrent à la maison. Nous avons un travail complémentaire et un objectif commun : le bien-être et le bonheur des enfants. Si j’arrive à le faire comprendre aux parents et à livrer la marchandise, je serai devenue l’enseignante que je souhaite être…

 

 

 

J’ai bien apprécié la conférence de Pierre Gagnon présentée dans le cadre du cours DDM4650, Activité intégratrice. En effet, son exposé rejoignait bien ma vision de ce que devrait être la rencontre de parents de début d’année. J’ai bien aimé le ton qu’il propose d’utiliser lors de ces rencontres. Peut-être est-ce à cause de mon passé de gestionnaire, mais je pense qu’il est essentiel de mettre cartes sur table dès le début de l’année et que cette façon de faire, bien que différente de tout ce que j’ai vécu comme parent, sera appréciée des parents si elle est sincère et présentée de façon assurée et structurée. Je n’avais jamais pensé intégrer à cette rencontre les besoins et attentes des élèves à mon égard et à l’égard de leurs parents. J’aime beaucoup la proposition de M. Gagnon d’envoyer un questionnaire avant la rencontre et d’en exposer les résultats lors de celle-ci, moment idéal pour entamer la discussion. J’ai quitté la conférence gonflée à bloc. J’ai encore plus hâte de pouvoir dire : « Bienvenue dans MA classe! »

 

 

 

Le site Carrefour-éducation propose un très beau dossier sur les relations famille-école où l’on retrouve une foule de ressources pour préparer les rencontres avec les parents, mais aussi alimenter notre réflexion sur le sujet et nos pratiques. 

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0