La Chasse-Galerie


J’aime les livres, particulièrement la littérature jeunesse. J’ai une bibliothèque bien garnie et je cherche toujours l’occasion d’y ajouter un autre livre. Surtout parce que rien n’est plus efficace en suppléance qu’un bon album jeunesse et quelques activités reliées à l’histoire ou au thème de l’album.

 

Avec les fêtes qui approchent, je réalise que je n’ai pas de livres dignes de la saison. Avec en main quelques titres suggérés par des collègues et différents groupes d’enseignants sur Facebook, je me rends en librairie. Le défi de choisir un livre pour la suppléance est celui de trouver un album que l’on peut présenter à plus d’un cycle, voir tous les cycles. C’est une question d’efficacité, d’économie d’argent, d’espace et de temps. J’ai passé près d’une heure à feuilleter une foule de bouquins rouge et blanc avec des sapins, bonshommes de neige et pères Noël… Aucun ne semblait être ce que je cherchais. Mais qu’est-ce que je cherchais au juste? C’est ce que je me suis demandé assise sur un banc au milieu de la librairie. J’ai fini par comprendre que je cherchais une histoire à raconter durant la période des fêtes certes, mais sans le père Noël et les cadeaux. Pourquoi? Je ne le savais pas encore, mais j’ai continué ma recherche. C’est alors que mon regard est attiré par un livre tout mince à la couverture dans les teintes de noir, bleu foncé et rose (rien de très Noël). Je vois alors le titre « La Chasse-Galerie ». Mon cœur se met à battre plus vite… Je crois que c’est le bon… Je le feuillette. Les illustrations magnifiquement sobres de Cecilia Varela me le confirment, j’ai trouvé mon livre du temps des fêtes!

 

De retour à la maison, encore « énervée » de mon achat, je présente ma découverte à mon mari : « Regarde mon livre de Noël pour la suppléance! » Son regard perplexe me force à renchérir : « Mais, oui, c’est parfait! L’histoire se déroule un 31 décembre, donc durant le temps des fêtes. En plus, c’est une légende traditionnelle québécoise, parfaite pour faire connaître la culture traditionnelle aux élèves, particulièrement aux élèves issus de l’immigration. Le plus beau dans cette histoire, c’est qu’on n’y parle pas de Noël, mais bien de l’essence du temps des fêtes soit la famille, les amis, le plaisir de se retrouver et festoyer, le bonheur de s’avoir et ça, ça n’a pas de frontières idéologiques et c’est beau! » Le regard étrange de mon mari me confirme que je semble beaucoup m’emballer pour un simple petit livre de 25 pages.

 

C’est alors que je réalise que c’est en lui expliquant que j’ai compris pourquoi c’est ce livre que je cherchais. Un livre à lire durant le temps des fêtes qui peut être rassembleur pour tous, qu’ils fêtent Noël ou non, et qui ramène à l’essentiel : les relations humaines et notre besoin de se rassembler de façon positive, peu importe nos origines, nos croyances religieuses, notre statut social ou notre niveau d’étude. En prime, ce petit bijou de livre me permettra de faire de l’éthique et culture religieuse (doit-on courir la chasse-galerie? travailler la notion du diable dans la religion catholique) et de l’univers social (la réalité des camps de bucherons au début du 19e siècle). Il permettra aussi de faire des liens avec d’autres contes traditionnels du Québec et d’ailleurs dans le monde (en privilégiant les pays d’origine des élèves si possible).

 

Cette histoire peut raisonner auprès de tous les élèves puisque, le désir de se retrouver avec les siens, qu’ils soient de l’autre côté de la ville ou à l’autre bout de la planète est universel. J’ai réalisé combien la diversité dans mes classes de stage et en suppléance teinte mes choix d’activités. C’est à Montréal que l’on retrouve le plus d’élèves issus de l’immigration. Vous trouverez ici la répartition des élèves de la CSDM en fonction de leurs pays d’origine, langues maternelles et autres critères spécifiques. Je tente toujours d’inclure tous les élèves pour qu’ils puissent se reconnaître. Je tends vers des valeurs et des thèmes universels que je « parfume » à la québécoise. Il ne me reste maintenant qu’à planifier mes activités pour ce nouveau livre et l’utiliser dès que possible en suppléance!

 

Si vous n’avez pas le livre, mais que vous aimeriez présenter cette histoire à vos élèves, l’ONF en a fait un très beau film d’animation disponible ici.

 

On peut aussi ajouter un aspect musical à l’exploitation de cet album. Claude Dubois a créé une magnifique chanson sur la Chasse-Galerie. Vous pouvez l’entendre ici.

 

Télécharger
La Chasse-Galerie - parcours pédagogique
Voici une piste pour exploiter en arts dramatiques cette légende. Document monté par un groupe d’universitaires québécois, mexicains et français en 2015.
tclq_parcours-la-chasse-galerie.pdf
Document Adobe Acrobat 2.1 MB

Écrire commentaire

Commentaires : 0